Des idées...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - rcd

Fil des billets

samedi, 16 avril 2011

De la méthode

Ce que nous vivons aujourd’hui en Tunisie est assez exceptionnel et l’espoir de voir notre pays vivre en démocratie n’a jamais été aussi grand. L’Instance de Yadh Ben Achour a fini par accoucher, presque dans les temps, d’un projet de code électoral révolutionnaire. Révolutionnaire pour plusieurs raisons :

-Le fait de confier l’organisation des élections à une instance indépendante, en dehors du contrôle du ministère de l’Intérieur est un acte de rupture radical avec le passé ! Tous les « magouilleurs » qui ont falsifié les élections durant les 40 dernières années seront « hors d’état de nuire ».

-Le fait d’interdire les anciens responsables du RCD de se présenter est aussi un acte important. Je ne sais pas ci cela concernera 200 personnes ou 50 000 personnes, mais cela voudra dire que nos futurs élus ne seraient pas de la même nature que ceux que nous avions avant ! Cela aussi répond à une volonté populaire forte que nous avions porté depuis le 14 janvier : « RCD Dégage ! ».

-Le point le plus important concerne la Parité. Décision Sage qui reconnait la place de la femme dans notre société et sa participation active dans la chute du régime de benali. Les réactions depuis cette décision sont nombreuses :

-On conteste la légitimité de cette commission… Soyons clair ! Nul n’est légitime en Tunisie aujourd’hui pour parler au nom du Peuple ! Cette commission a le mérite de faire tout de même l’objet d’un large consensus. J’entends aussi ici et là des appels au référendum, qui réalisera ce référendum ? Quelle commission légitime pourra organiser le référendum ? C’est un cercle vicieux sans fin qui ne finira jamais ! Alors arrêtons de critiquer, mieux est l’ennemi de bien ! L’objectif c’est d’avoir un gouvernement légitime au 25 juillet et pas plus tard ! Le Pays a besoin de se remettre en ordre de marche, l’économie est à l’arrêt, le tourisme est au ralenti, l’investissement est absent…

-On conteste le mode de scrutin : Aucun mode de scrutin n’est parfait ! J’ai déjà expliqué ma préférence pour les listes. C’est un mode plus facile à organiser et qui a ses avantages et inconvénients. Les tenants du mode uninominal par quartier savent pertinemment qu’il est difficile de mettre en place ces élections pour le 24 juillet dans la mesure où un découpage électoral de la Tunisie en petites circonscriptions aurait nécessité une estimation de la population et un découpage « zenga zenga » difficile à finaliser en quelques semaines !

-On conteste la parité ! Et je suis étonné de voir que ça vient de partis se disant modernistes comme le PDP. Je ne commenterai pas plus dans la mesure où cette décision est historique, sa portée symbolique est mondiale et elle affirme la place de la femme dans notre pays. Qu’elle n’assurera pas une parité totale au sein de la constituante soit. Mais que chaque liste, indépendants et partis assument la composition de leur liste.

Le point le plus drôle est tout de même la contestation des RCDistes appuyée par Beji Kaid Essebsi lui-même qui a envoyé son « responsable de communication » tâter le terrain et a sorti ses gouverneurs pour « appuyer ». Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet, mais je rappelle juste que ces « responsables » du RCD ont été actifs ou « passifs » dans la mise en place d’un système politico mafieux qui a violé le pays politiquement et économiquement. Ce n’est pas parce que le Peuple qui a fait la révolution n’a pas dressé la guillotine pour couper les têtes de façon expéditive que ces gens la se croient tout permis et ressortent de leur abris. Les Tunisiens ont montré un attachement fort à la Justice et au Droit, il faudra mettre en place une commission nationale pour écouter ces responsables, leurs mea-culpa et ensuite accepter de « pardonner » les acteurs « passifs » de l’ère benali et juger sévèrement les autres. On n’a pas le temps de le faire, alors cette solution est la plus simple et la plus juste ! Nous sommes en train de rompre avec le système de benali, ce n’est pas avec ses « compagnons de route » que nous réussirons à le faire…. Un peu de décence est nécessaire !

Pour finir je rappelle qu’on est à 99 jours des élections, nous n’avons plus de temps à perdre ! Que chacun de nous s’interroge sur le model sociétal pour la Tunisie des décennies futures et quelle constitution nous garantirai une démocratie durable et une prospérité équitable. Et puis, dans 75 jours, la Campagne électorale commencera. Alors que chaque Tunisien qui souhaite s’engager choisisse son camp et/ou son action pour faire réussir ces élections historiques dans le monde !

lundi, 7 février 2011

Soutenir une transition démocratique «douce» ne veut pas dire avaler des couleuvres !

Je l’ai écrit, on ne peut sécuriser cette transition qu’en démantelant le RCD ! Il semble qu’une sentence politique est prise dans ce sens avec la décision du ministre de l’intérieur (encore faut il qu’elle soit confirmée puisqu’elle a disparu du site de la TAP).

Cela ne m’inquiète pas puisque c’est l’affaire de quelques jours…

Ce qui m’inquiète par contre c’est les anciens caïds de l’ancien régime qui continuent à noyauter partout et la naïveté politique complice du gouvernement :

-Les nominations des gouverneurs faites au dépit du bon sens sans consulter les « soutiens » du gouvernement (voir communiqué d’Ettajdid ou de l’UGT), sans même consulter les ministres de ce gouvernement qui ont accepté de soutenir une transition vers la démocratie par devoir !

-Les nominations au niveau des médias nationaux (radios et journaux) qui semblent sortir du bureau du sinistre abdelwaheb abdallah!

-Les nominations au sein des commissions, si importantes pour la transition démocratiques, ne font pas l’unanimité...

D’autres cafouillages viennent semer le trouble comme les déclarations de hédi baccouche, les nominations des administrateurs judiciaires (le financier de Princess Holding a, semble t il, été nommé par la justice pour gérer la boite qu’il a monté de toute pièces pour sakhr materi), les sorties incongrues du ministre des affaires étrangères, les «oublis» flagrants dans le gel des avoirs (il manque des membres de la famille, des belles familles ou des prêtes noms notoires).

Heureusement que le Peuple Tunisien est aux aguets !

Je veux bien soutenir un gouvernement de transition pour qu’il gère les affaires courantes le temps de faire des élections. Mais ce soutien n’est valable que si les choses sont claires par rapport à sa composition et son rôle :

En premier, j’attends de ce gouvernement un démantèlement méthodique et exhaustif de la machine rcd et de l’organisation mafieuse qui s’y est collée. On est bien partis mais certains départements ministériels sont en retard et d’autres ne semblent pas vouloir le faire ! De plus la relation incestueuse PSD-RCD / Etat a duré plus de 50 ans, il va falloir y aller au Karcher !

En second lieux, j’attends que ce gouvernement (j’inclus le Président) s’engage sur un calendrier électoral clair (quelle élections et quand) avec des dates butoirs pour les amendements de la loi qui gère les associations et les partis ainsi que la refonte du code électoral. Cette activité doit se faire avec un maximum de consultations voir faire appel a un référendum populaire pour trancher les grandes questions (chronologie des présidentielles et législatives ; mode de scrutin, ou autre).

En troisieme lieux, j’attends que ce gouvernement déclare la guerre à la corruption ! Qu’il gèle les privatisations, qu’il réexamine les marchés publiques, qu’il annule les marchés passés avec des dessous de tables, qu’il renationalise les sociétés publiques mal acquises, même si c’est des « partenaires » étranger !

En quatrième lieux, j’attends de ce gouvernement un changement des hommes à la tête des grandes administrations, des entreprises publiques, etc… Afin que les trois premiers points soient réalisés sur le terrain.

Il est urgent que ce gouvernement mette hors d’état de nuire les vieux « caids » qui continuent à tirer les ficelles ! Il est anormal que ghariani apparaisse encore sur al jazeera ou fasse encore des réunions, qu’abdallah reçoive encore chez lui… Il est anormal de voir les chefaillons du RCD encore à l’œuvre dans nos villes… Il faut les arrêter, leur couper le téléphone et commencer les interrogatoires ! Il faut également couper les robinets des commissions occultes (les rumeurs sont grandes) qui continueraient de tomber chez les proches de l’ancien régime !

Une fois ceci fait, on peut sereinement aborder la suite et relancer notre économie !

Notre Révolution avait, pour moi, trois principaux objectifs, la Liberté, la Démocratie et la Justice Sociale. Ce que j’ai exprimé jusque là c’était pour avoir des assurances fortes pour la Liberté et la Démocratie. Mais le plus gros enjeu pour moi sera celui de la Justice Sociale. Quel développement durable pour les régions ? Quel modèle de partage de richesses ? Quelle fiscalité ? Quelle Economie ? Sur ces points, les libéraux ont pris une grande avance ! La gauche n’est pas organisée pour défendre ce terrain… La bataille sera rude et les forces en présence, globalement d’accord sur les premiers points, devraient s’organiser pour l’avenir de notre Pays.