La Gauche Tunisienne à une longue histoire de luttes et de résistances qui trouvent leurs racines dans la lutte pour l’Indépendance du pays… Je ne vais pas raconter l’histoire, mais je vais essayer de définir les deux concepts clés qui définissent la Gauche Tunisienne aujourd’hui :

A- La Gauche Tunisienne est résolument Moderniste dans la mesure où elle épouse les valeurs de Citoyenneté universelles tel le qu’on les trouve dans les Chartes de droit de l’Homme (voir http://www.un.org/fr/documents/udhr/ ). Cela implique par exemple l’appel à l’abolition de la peine de mort où à l’égalité dans l’héritage entre homme et femme. Elle est également moderne dans sa conception des rapports de l’homme à son environnement.

B- La Gauche Tunisienne est de gauche ! Cela veut dire que son approche socio-économique est dictée par quelques idées fortes :

  • un souci permanent de Justice Sociale,
  • une recherche permanente de l’équité et de partage équitable de richesses,
  • la Solidarité, avec un parti pris pour défendre les plus « faibles »,
  • la défense d’un Service Public fort et un rôle moteur de l’Etat,
  • il est fort possible de changer le monde ! Ne pas accepter la fatalité des inégalités, de l’ordre établi, du dictat de la Finance mondiale, …
  • privilégier «l’intérêt public » sur les intérêts de marchés ou les intérêts financiers.

Finalement, on pourrait résumer cela en une phrase : œuvrer pour une société plus juste et plus humaine. Ceci étant dit, on voit que sur les valeurs modernistes, il y a moyen de trouver un consensus entre les partis « historiques » et les partis libéraux, notamment parmi ceux qui ont fleuri depuis le 14 janvier.

Sur l’aspect économique, en alliant ces idées et un sens de la responsabilité, j’arrive à la conclusion simple : Il est de la responsabilité du FDTL et d’Ettajdid de lancer au plus vite une coalition afin de rallier les forces vives qui adhèreraient a cette vision du monde et qui seraient prêtes pour construire une Tunisie démocratique plus juste.

J’aurais pu ajouter le PDP, mais depuis quelques jours, on assiste à une « dérive » droitière de ce parti et son premier responsable « officieux », M. Najib Chabbi, rejette publiquement les propositions d’alliances à gauche même si sa première responsable (Maya Jeribi) ne ferme pas la porte. Je crois que dès que ce Front est lancé, le PDP aura à choisir son camp… J’espère qu’il fera le bon choix !

Une coalition résolument moderniste et clairement à gauche rallierait selon moi une large frange de la population et par la même obligerait l’extrême gauche à se positionner sur les sujets de fond et sortir des alliances électoralistes à contre nature avec les conservateurs !

Notre pays a besoin de réinventer son modèle de développement pour qu’il soir solidaire, durable et moderne… Notre pays a besoin d’une majorité moderniste pour que les fondements de la 2ième république ne soient pas accrochés à une gloire passée à mais résolument tournés vers un futur meilleur.

Alors pour être pragmatique, j’invite tous les modernistes de gauche en Tunisie à pousser avec moi ces deux « vieux » partis à unir leurs forces pour le bien de notre pays… Et pour leur bien :-)