Depuis des semaines, nous sommes nombreux à promouvoir un Front électoral qui représentera les valeurs de modernité de progrès et de justice sociale… Nous avons mis beaucoup de pression sur Ettajdid, le PDP et le FDTL pour les convaincre de cela… Ettajdid a été le premier à faire fi de calculs et accepter l’idée. J'ai de l'espoir pour que les autres bougent cette semaine... Les deux principaux arguments avancés par les uns et les autres pour « repousser » la coalition au 25 juillet sont :

-Mathématiquement, le système de vote choisi est favorable à l’éclatement et si les « modernistes » avancent dans des listes séparées, ils auraient plus de sièges.

-La phase de construction d’une démocratie nécessite la construction de partis forts et c’est l’occasion ou jamais (en l’absence du RCD) de pouvoir mesurer l’impact de chaque parti dans le paysage politique.

D’autres amis, « Indépendants », ayant œuvré au sein d’Initiatives Citoyennes pour défendre des Valeurs de Modernité et de Justice sociale sont aujourd’hui, au vu des réactions des partis et par vieux reflexes « indépendantistes », tentés par des listes indépendantes pour les élections… Les nouveaux partis sont quand à eux en phase de naissance et sont en train d’essayer d’exister sur le terrain et dans l’imaginaire des gens…

Tous les arguments sont compréhensibles et défendables ! Mais tous ces amis oublient que nous ne sommes qu’au début du chemin et que :

-Les principaux sondages sortis jusque là montrent que 85% de la population ne sait pas pour qui voter ! Cela veut dire, au regard des marges d’erreurs, que toute extrapolation est farfelue ! Le fait d’avoir 85% d’indécis ne veut pas dire qu’il y a 85% « gagnables » par les partis. Le travail politique est de longue haleine et une campagne se construit « zenga, zenga ». Le marketing ne peut pas tout faire. Alors, pitié, un peu d’humilité.

-Le seul parti bien organisé jusque là est le parti « ultra conservateur », les extrémistes diraient certains, à savoir Ennahdha et alliés (Tahrir et Mourou). Il a une organisation qui commence à se mettre en place, une communication bien huilée et un plan de bataille sur les rails… A ce rythme, ils feraient plus de 30% aux élections ! (estimation personnelle).

-23 ans de benali n’ont laissé émerger aucune figure et les quelques jours de visibilité depuis le 14 janvier ne permettent à personne de se targuer d’une image forte… Même pas Farhat Rajhi, éphémère Ministre de l’Intérieur, qui nous a touchés par sa sincérité. Alors que dire de Nejib Chebbi, Mustapha Ben Jaafar ou Ahmed Brahim ? Que faire alors ? L’idée la plus simple serait de dire renforçons les partis, soutenons les listes indépendantes… et nous (les modernistes) auront une majorité de sièges à la constituante et nous verrons émerger quelques partis (ou futurs partis issus des regroupements d’indépendants) qui auraient tout le temps de s’organiser en coalitions ou fusions en vu de gouverner et des élections d’après…

Cette hypothèse arrange ceux qui ont fait un choix « pragmatique » de miser sur un « cheval gagnant ». On les voit ici et là entourant le « gourou », défendant « Le Parti » et lancés dans une course aux financements, à la visibilité… En espérant gagner pour faire changer les choses ou peut être accéder au Pouvoir.

Permettez-moi d’être naïf et idéaliste ! L’enjeu est certes de construire un paysage politique, de renforcer les partis, etc… Mais l’enjeu est avant tout de construire la Tunisie de Demain !

La Tunisie a besoin d’un Pole Moderniste qui s’affirme, qui rassemble et qui gagne ! La dynamique d’Union peut faire des miracles ! 1+1=3 voir plus ! La Tunisie a besoin d’un pole Moderniste Uni, fort de ses Valeurs et qui ferait plus de voix que les « Ultras Conservateurs » !

La Tunisie a besoin de coalitions fortes pour que le 25 juillet, Ennahdha et alliés n’apparaissent pas comme la première force politique du pays à cause de nos divisions !

La Tunisie n’a pas besoin d’un « Si Foulen » Présidentiable ! La Tunisie a besoin de 29 listes électorales faites de personnes honnêtes, modernistes, progressistes, proche du terrain et qui créeraient une dynamique autour d’elles pour affirmer l’Identité Tunisienne Moderne. La Tunisie a besoin que ces « Stars d’un jour » se mettent au service de ces listes et qu’elles mettent leur égo entre parenthèse jusqu’au 24 juillet !

L’enjeu réel n’est pas dans le nombre de sièges dans la constituante. Personnes n’aura une majorité et j’espère que notre future constitution sera équilibrée. L’enjeu réel est le décompte des voix dans les premières élections libres que vivra la Tunisie!
Et pour que notre Révolution ne parte pas en fumée, il faudra que le Pole Moderniste soit le premier en nombre de voix.