Dans la cacophonie ambiante, il est difficile de garder l’esprit clair. Pour nous en sortir, il faut fixer l’objectif et ne pas se faire avoir par les diversions. Alors, permettez moi de poser les éléments de l’équation afin d’imaginer quelques éléments de stratégie. La vraie question est « que voulons-nous pour la Tunisie ? »

Ce que nous voulons c’est rompre avec le passé et réussir notre transition pour installer une démocratie durable qui assure une vie digne à tous les Tunisiens. A mon avis, cela veut dire :

-Construire un écosystème politique capable de gérer des alternances démocratiques au pouvoir,

-Réinventer un système économique équitable basé sur la transparence,

-Assoir une République moderne et moderniste avec une bonne gouvernance de l’Etat et du Bien Public qui garanti les libertés de chacune et chacun.

Bien évidemment, la « Tunisie Rêvée » ne se résume pas en trois points, mais cela donne des idées sur ma vision…

Pour y arriver, le chemin est long et épineux !

La première pierre à poser est la réussite des élections de l’Assemblée constituante. Pour cela, il faut garantir un climat social et sécuritaire apaisé et surtout une organisation transparente de la campagne électorale et du vote. Ceci donnera à la Constituante une légitimité populaire qui lui permettra de définir de façon sereine les bases constitutionnelles et juridiques de la Nouvelle Tunisie.

Beaucoup de forces essayent de « plomber » ce processus en semant le désordre ou en retardant le vote. Il s’agit essentiellement de divers combinaisons politico-mafieuses qui usent de tous les moyens : Lobbying auprès du Gouvernement, influences étrangères, manipulation des médias, casseurs dans les rues, démonstration de force, etc… Mais le Peuple est lucide et nous gardons le cap malgré tout ! Il faut continuer à être vigilants, soutenir la Commission Electorale (finalement élue), déjouer les pièges au jour le jour.

Mais comme vous l’imaginez, on n’est pas surs du résultat. Et quand bien même nous aurons de bonnes élections, les forces progressistes et démocratiques de ce pays doivent militer pour barrer la route (pacifiquement via les urnes) aux forces du Passé. Ces forces, bien présentes en Tunisie s’articulent autour de deux clans :

-Les « 3P » selon la formule d’un ami (La police politique de ben Ali + la pègre+ l’ex parti RCD),

-Les « passéistes » qui veulent faire de notre Tunisie un pays islamique gouvernés par les Oulémas selon une lecture ancestrale de la Charia. Ce clan qui considère la démocratie comme un moyen d’atteindre leur fin et non comme finalité en soi.

Bien sur chacun de ces clans a déjà ses satellites, ses versions « light », ses pions sur l’échiquier, ses infiltrations auprès des forces « modernistes » et progressistes, etc…

Alors que faire ?

D’abord concentrer son énergie pour renforcer les vraies alternatives à ces clans ! Nous sommes nombreux à agir depuis des semaines pour un Pole Moderniste Démocratique… Ca vient !
Pour ceux qui ont choisi d’autres partis politiques, assurez-vous que vous n’êtes pas en train de servir indirectement l’un des clans passéistes ! Analysez attentivement les positions de vos « gourous » par rapport à ces deux clans ! Beaucoup des rumeurs qui circulent parlent de scénarii échaudés par ces clans pour se servir de vitrines «propres». Sur le court terme, œuvrer pour faire réussir les élections du 24 juillet est un devoir national !

Et puis ne vous laissez pas détourner de ces objectifs par les joutes facebookiennes ou les journaleux de TV7 et du Renouveau !